Saint-Laurent du Maroni,
École Saint Jean-Baptiste de La Salle



La Mission »
Tout commence par un appel

Trois Frères en précurseurs

En 2008, à la demande de Monseigneur Emmanuel LAFONT, évêque de Guyane, les Frères des Écoles Chrétiennes décident de créer une communauté à Saint-Laurent du Maroni. En effet, l’évêque souhaite l’ouverture d’une école catholique dans l’ouest de la Guyane.

Trois Frères volontaires (Frère Louis Boudaud, Frère Jean Johner et Frère Alain Le Cocq) sont envoyés par la Congrégation pour une mission exploratoire : participer à la vie locale, associative et paroissiale, de manière à cerner les contours du futur projet d’école.

Grâce aux liens qu’ils ont noués et aux diverses réunions avec de nombreuses personnes, après deux années de discernement, la Congrégation décide l’ouverture d’une école primaire dans le quartier des Sables-Blancs où la municipalité nous accorde un terrain en bail précaire.

Une équipe de fondateurs

3 enseignants volontaires sont recrutés pour être titulaires des classes de CP, CE 1 et CE 2 qui vont ouvrir dès septembre 2010.

Sous la responsabilité de Matthieu Hétroit, directeur, Héloïse Devaux et Pierre-Marie Beuzit enseignants, et de Frère Bruno Daguin et Djamila Portal, l’école démarre en septembre avec un peu de retard dû aux complications d’installation des bungalows et aux inscriptions des nouveaux élèves. Mais grâce à tout le travail de préparation réalisé en amont par le Frère Bruno, et au dynamisme de la jeune équipe éducative, les 50 premiers élèves sont accueillis dans des conditions très favorables.

Voir à ce sujet la bande-annonce de 2010

De multiples collaborateurs

Tout en étant sous tutelle lasallienne, l’école Saint Jean-Baptiste de La Salle n’en est pas moins en lien très étroit avec la Direction Diocésaine de Guyane. Le projet a été d’emblée soutenu par le Secrétariat de l’Enseignement Catholique, et grâce au savoir-faire de Madame Aline Lican, directrice diocésaine, les questions administratives ont été grandement facilitées.

L’école est une annexe de l’école primaire et maternelle Saint-Pierre de Matoury. En dépit de l’éloignement, la chef d’établissement, Madame Carole Hannibal est très en lien avec l’école de Saint-Laurent et les relations sont amicales et fructueuses.

Il existe aussi sur Saint-Laurent du Maroni, au lieu-dit "le Monastère", un centre d’accueil scolaire pour des jeunes de 10 à 16 ans. Ces deux classes sous la direction de Régis Faure, sont une annexe du collège Sainte-Thérèse de Montjoly (Cayenne). Des collaborations sont à intensifier au fil des années.

Les liens avec la paroisse se sont progressivement renforcés. Les deux prêtres, Henri-Claude Asselos et Herman Blei, participent volontiers aux célébrations organisées chaque trimestre à l’école. Désormais l’école sert aussi de lieu d’accueil pour des groupes de catéchèse paroissiale pour des enfants et des jeunes du quartier.

Enfin, il faut signaler quantité de personnes rencontrées dans les activités associatives, les lieux de réflexion ou les rencontres professionnelles qui sont des "facilitateurs" dans la mise en place et la mise en perspective de ce projet. Avec une mention spéciale à Jean-Pierre Paqueteau sans qui ce projet aurait eu du mal à démarrer.