Suivi du projet d’élevage bovin au CLIMA


Burkina Faso. En 2011-2012 puis en 2012-2013, ÉDDÉ s’est mobilisé pour soutenir le développement d’un élevage laitier dans un centre de promotion rurale destiné à la formation des jeunes couples : CLIMA (Centre lasallien d’initiation aux métiers de l’agriculture) à Bérégadougou (Burkina Faso).
En septembre 2013, Frère Cyrille Kondombo, directeur du CLIMA, avait détaillé l’évolution du projet, l’acquisition des vaches et l’activité d’élevage. Un an après, il propose un nouvel état des lieux de l’élevage de bovins au CLIMA.

Contexte

Les bovins sont présents au CLIMA depuis 2011 grâce à l’appui financier de ÉDDÉ.
Les objectifs de cet élevage sont multiples :
-  production laitière
-  embouche
-  traction attelée

Activités récentes

Suite à un programme du ministère de l’élevage, le CLIMA a reçu des subventions pour l’amélioration des races locales avec la race Brune Alpine pour la production laitière. Huit vaches du troupeau du CLIMA ont été inséminées artificiellement : quatre en mars et quatre en mai 2014. Nous attendons donc quatre mises-bas pour le mois de décembre puis quatre pour février 2015. Les résultats de cette expérimentation pourront être observés dans un délai minimum de deux ans, à la première mise-bas des génisses nées de l’insémination artificielle. Nous espérons que les vaches issues du croisement auront une meilleure productivité laitière que les races locales, qui ne produisent que pendant quelques mois. À leur retour en chaleur, les huit vaches seront à nouveau inséminées pour augmenter le cheptel laitier.

Les veaux mâles seront engraissés pour la viande tandis que les femelles seront gardées au CLIMA pour la production laitière et la reproduction. Certains mâles pourront également être gardés et dressés pour la traction attelée, ils serviront ainsi à la formation des familles stagiaires du CLIMA.

En attendant d’avoir une activité laitière productive, nous avons opté pour l’embouche en complétant l’élevage par des petits ruminants, notamment des caprins qui présentent un coût du démarrage plus abordable que les ovins. Cela permettra de financer les frais comme les compléments alimentaires, les produits vétérinaires et le gardiennage par le berger, qui sont indispensables pour la réussite de l’élevage bovin. Cinq bovins ont été vendus pour financer l’installation de neuf chèvres et un bouc.

Actuellement le cheptel a été transféré dans la parcelle du site de production que nous exploitons à 10 kilomètres du CLIMA, où se trouve la grande étable, afin de pâturer pendant la saison pluvieuse.Le troupeau compte actuellement 39 animaux dont :
-  8 vaches gestantes fécondées avec la Brune Alpine ;
-  13 vaches gestantes et allaitantes ;
-  4 taureaux dont 2 bœufs de traction attelée ;
-  3 taurillons ;
-  11 veaux (issus de saillie naturelle) : 7 femelles et 4 mâles.
Dans les semaines qui viennent nous allons remettre les vaches inséminées à l’étable du CLIMA pour assurer un meilleur suivi de leur gestation et prendre soin des veaux après la mise-bas.

Perspectives

Les projets à venir sont l’amélioration de l’alimentation des vaches gestantes et allaitantes pour leur permettre une meilleure production de lait. Pour cela nous avons expérimenté la fauche mécanisée des prairies naturelles du CLIMA avec un tracteur et une barre de coupe d’1m60 de large. La fauche se fait habituellement de façon manuelle à la machette. En moyenne nous avons mis 4 heures pour faucher un hectare (voir photos ci-dessous). Nous pourrons ainsi mieux valoriser les fourrages spontanés en fin de saison humide et les conserver pour la saison sèche, pendant laquelle les ressources herbagères diminuent. Des espèces fourragères seront semées à nouveau à la saison prochaine dans les terres du CLIMA pour la consommation directe (pâturage) ou le stockage (foin). Cette année, nous avons semé une graminée pérenne, le Panicum maximum (herbe de Guinée).

Nous réfléchissons également à la conservation par voie humide (enrubannage ou ensilage), mais nous ne possédons pas pour le moment le matériel permettant de hacher les tiges de maïs ou l’herbe.


Vos dons sont à adresser à :

ÉDDÉ*


Éducation & Développement


ONG du réseau La Salle

78A rue de Sèvres

75341 PARIS CEDEX 07
*Libeller les chèques à l’ordre de ÉDDÉ
Les dons en faveur de l’association ouvrent droit à réduction d’impôt. Indiquer une adresse précise pour l’envoi de reçu fiscal.

Galerie

Barre de coupe utilisée pour la fauche mécanisée Fauche d'une prairie naturelle Le troupeau à l'étable avant la mise au pâturage. Le troupeau à l'étable avant la mise au pâturage. Veau femelle née le 11 octobre 2014(issue de monte naturelle) Jeune taurillon Boeuf de traction attelée, au pâturage Au premier plan, l'une des vaches inséminées Vaches à l'étable avant une vaccination le 22 septembre 2014

1 Message

  • Suivi du projet d’élevage bovin au CLIMA 12 février 2015 16:06, par LAURENT Xavier

    Je suis avec grand intérêt l’évolution du CLIMA
    Je demande quand même à ceux qui ont payé (ou fait payer) le gros matériel, et dernièrement la faucheuse (motorisée) quelle est leur vision de la formation et de l’avenir des jeunes agriculteurs du CLIMA...Ils vont un jour être seuls chez eux (ou manœuvres dans une Société ? Est-ce l’objectif ?)
    Une évaluation "pédagogique" prospective de tels matériels a t-elle été faite ?
    Quels amortissements possibles ... ? et donc avec quelle "durabilité" ? Quelle "reproductibilité " Quelle "autonomie" ..... possibles ?

    Comment se passe les transports et déplacements entre l’exploitation à 10 kilomètres et le CLIMA ?
    Un calcul économique (et du temps d’utilisation des personnels ) a t-il été fait pour cette décision ?
    CLIMA ne dispose t-il pas déjà d’une centaine d’hectares ?

    Bien des questions aussi sur les vaches laitières selon ce modèle d’exploitation ...(lait plus coûteux que le prix traditionnel disent les experts ) et surtout sur la "reproductibilité" du modèle par les stagiaires rentrés chez eux ...

    J’aimerai un dialogue avec ceux qui soutiennent CLIMA, (avec Cyrille c’est commencé, on s’est déjà rencontrés en France, mais pas au CLIMA) pour comprendre leur point de vue.

    Je n’arrive pas à lire la suite de la réaction (ci dessus) de Florence de Maistre ... Dommage !

    Bien amicalement
    A bientôt je l’espère pour d’autres échanges avec d’autres passionnés...
    Bon courage Cyrille...! et à toute l’équipe
    Xavier

» Retour à la rubrique Vivre le carême avec Éddé