Repères historiques


Quelques dates pour se répérer rapidement dans la vie de saint Jean-Baptiste de La Salle.

1651 - 1679 : Un chemin tout tracé ?

Le 30 avril 1651, à Reims : naissance de Jean-Baptiste.
Des petits pas sur la route d’un fils de bonne famille destiné à la prêtrise :

  • 11 ans : Jean-Baptiste reçoit la tonsure.
  • 15 ans : canonicat, la voie des bénéfices.
  • 17 ans : ordres mineurs, orientation claire vers le sacerdoce.
  • 20 ans : mort de ses parents, interrogations, hésitations.
  • 27 ans : ordination sacerdotale ; le pas est franchi.

1679 - 1691 : D’un engagement à un autre...

1679 : une rencontre qui change tout, celle d’Adrien Nyel, venu à Reims pour y développer les écoles gratuites de garçons. Jean-Baptiste de La Salle le reçoit chez lui pour faciliter la réussite de cette mission : les premiers pas sur un chemin imprévu au service des enfants pauvres et abandonnés.

1682 : période de famine en France ; les maîtres le provoquent à une conversion aux pauvres. Jean-Baptiste partage ses biens. Les maîtres dont il s’occupe sont pauvres ; il renonce à ses fonctions et revenus de chanoine. Comme les maîtres, il n’a plus un avenir assuré.

1686 : il s’engage à vivre avec les maîtres.

1691 : vœu héroïque, engagement radical dans "l’œuvre de Dieu".

Son procès de béatification commence en 1835 et, le 8 mai 1840, il est déclaré vénérable. Il est proclamé bienheureux le 19 février 18884 et canonisé le 24 mai 1900 par Léon XIII. Sa fête est fixée au 7 avril. En 1937 ses reliques sont accueillies à Rome. Le 15 mai 1950, le pape Pie XII fit de lui le "patron de tous les éducateurs". Le 15 mai est également célébrée la solennité de saint Jean-Baptiste de La Salle.

"Dieu qui conduit toutes choses avec sagesse et avec douceur et qui n’a point coutume de forcer l’inclination des hommes, voulant m’engager à prendre entièrement le soin des écoles,le fit d’une manière fort imperceptible et en beaucoup de temps ; de sorte qu’un engagement me conduisit dans un autre, sans l’avoir prévu dans le commencement."
(Jean-Baptiste de La Salle)

1691 - 1712 : Les turbulences

1691 : Avec Nicolas Vuyard et Gabriel Drolin, Jean-Baptiste de La Salle prononce un vœu héroïque en promettant de travailler avec eux, "jusqu’au dernier vivant", à établir l’Institut des Frères.
Opposition des maîtres d’écoles, des curés, des évêques, pillage des écoles, procès, condamnations. En 1704, les "maîtres écrivains" de Paris exigent la fermeture des écoles lasalliennes.
Monsieur de La Salle est destitué de sa charge de Supérieur.

1712 - 1714 : La nuit du doute

Silence de Dieu.
Incertitude sur la route.
Retraite à Parménie.

1714 - 1719 : La lumière au bout du chemin

Les Frères écrivent à Jean-Baptiste de La Salle et lui "commandent", au nom de son "vœu d’obéissance à la société" de reprendre la direction de leur "Société".
Dieu fait signe.

1717 : à Saint Yon, près de Rouen, le Frère Barthélemy est élu premier Supérieur Général de la Congrégation. C’est un laïc, et non un prêtre...

"J’adore en toutes choses la conduite de Dieu à mon égard".

Au jour de sa mort, le vendredi saint 7 avril 1719,
il exprimera ainsi toute la signification spirituelle de son existence.

Son procès de béatification commence en 1835. Le 8 mai 1840, il est déclaré vénérable. Il est proclamé bienheureux le 19 février 1888 et canonisé le 24 mai 1900 par Léon XIII. Sa fête est fixée au 7 avril. En 1937 ses reliques sont accueillies à Rome. Le 15 mai 1950, le pape Pie XII fit de lui le "patron de tous les éducateurs". Le 15 mai est également célébrée la solonnité de saint Jean-Baptiste de La Salle.

» Retour à la rubrique Saint Jean-Baptiste de La Salle