HALTE SPIRITUELLE

Dourgne : 1-3 Juillet 2016

lundi 11 juillet 2016


Besoin d’une pause ?
Proposition d’une halte spirituelle ?
Tiens, pourquoi pas ?

La fin d’année est là avec son lot de fatigue liée aux emplois du temps surchargés d’une fin d’année ordinaire… Bruits des élèves heureux de voir les vacances approcher, réunions, conseils de classes, Réforme (!), etc...
Besoin d’une pause ? OUI ! Mais pas n’importe laquelle… Mon regard s’arrête, dans la salle des professeurs (très bruyante), sur une proposition de halte spirituelle… Tiens, pourquoi pas ?... Quand je lis l’affiche et le nom des animateurs, alors là, je n’hésite plus !

Et c’est parti pour trois jours de dépaysement total, entourés des Frères Bernard Ricart et Jean-Baptiste Seguin, que le CLF nous a donnés de connaître et d’apprécier... Voilà le gage d’une pause réussie, ai-je pensé !
Arrivée sur les lieux, je ne peux que m’émerveiller du cadre apaisant et verdoyant de l’Abbaye sainte Scholastique. Seul quelques gazouillis d’oiseaux et le retentissement des cloches (qui m’appelle à la prière) résonnent dans le silence… comme c’est agréable !!!

Au programme :
« Transmission et identité dans un monde qui bouge »
Avec comme support le film FATIMA de Philipe Faucon.
Lien avec la bible, les échanges autant spirituels que conviviaux, des partages de vie, la prière, le chant des moniales et celui des moines de l’abbaye voisine d’En Calcat…
Pour une pause, croyez-moi, le rythme est bien soutenu !
C’est que les moniales bénédictines ont un rythme à respecter avec huit temps de prière quotidiens qui ponctuent leur journée de travail ! A nous de nous adapter !

Ce temps vécu en parallèle des moniales nous décentre agréablement en instaurant une dynamique différente. Pause ? Un temps vécu autrement, je dirais… Un arrêt sous l’arbre, comme le suggérait Jean-François Blin, un temps suspendu au-dessus du brouhaha habituel.
Bref un week-end « tranquillou, pépérou, baptistou » (mots d’ordre du frère Bernard, vous l’aurez reconnu !)…
C’est incroyable : en arrivant, j’étais épuisée mais à l’heure du départ, sereine, détendue, je ne ressens plus la fatigue ! Retour donc dans la paix et la vraie joie du cœur… Nous en redemandons en suggérant une demi-journée supplémentaire et une troisième nuit !...

Vivement l’année prochaine !

Réagir à cet article

» Retour à la rubrique National